De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Message  Meliandulys le Jeu 31 Déc - 2:42


    Qu'il soit lu et su,


    Nous, Tatoumi, Nicbur, Méliandulys,
    Membres du conseil des bourgeois de Genève,
    Jadis avoyer de la cité, élus par le peuple et ayant reçu la confiance de leurs combourgeois,
    Combattant dans le Béarn pour la justice et l'honneur de notre République,

    Nous ne ne nous retrouvons pas dans la politique douteuse de quelques uns de nos représentants, entamant des pourparlers avec l’assaillant sans concertation avec les membres du conseil de notre cité.

    Nous désavouons vivement aujourd'hui la conduite erratique qu'une minorité de nos dirigeants cherche à faire passer pour une décision réfléchie et débattue par l'ensemble des représentant genevois, alors que c'est simplement une décision arbitraire.

    Nous ne cautionnons pas leurs négociations tenues secrètes visant à offrir aux croisés menaçant notre République et notre liberté la tête des braves combattants luttant en terres béarnaises, pour que justice soit faite au nom de Genève.

    Nous reprouvons vivement l'annonce faite selon laquelle les sanctes armées se transforment en troupes d'occupation en notre libre cité de Genève pour notre soi disant sécurité.

    Nous ne pouvons que nous attrister devant la facilité avec laquelle une petite minorité des nôtres a cédé face à l'envahisseur, offrant notre cité, sans ménagement pour notre souveraineté et notre liberté si chèrement acquise.

    C’est pourquoi nous nous rappelons à l’avoyère actuelle à moins d’empressement et à plus de transparence, et nous l’invitons à se tourner vers ses frères et sœurs de la République plutôt que de prendre dans la hâte et l’isolement des engagements que Genève aurait à regretter. Il nous semble bon et utile d’insister sur le désastre que serait pour Genève de tourner le dos à son histoire qui fait son identité, et à ses combattants qui guerroient en son nom.

    Peuple libre et fier du Léman, certains d’entre nous sont loin de nos alpages, mais cet éloignement n’est que physique, chacune de nos pensées et de nos prières vous sont dédiées. Que le courage vous fasse lutter et tenir face à l'adversité et les violences avérées des viles armées d'occupation qui n’ont de cesse de houspiller les habitants et de piller le marché.

    Genevois, Genevoises, fiers Helvètes qui jamais par le passé n'avez plié devant la menace, nous en appelons en cette heure sombre à votre honneur. Que votre voix se fasse entendre, que votre réprobation gronde et que les envahisseurs croisés tremblent devant votre courroux et votre courage.


    Fait à Pau, le 30éme jour de l'an 1457,



    Tatoumi,
    ancienne avoyère, membre du conseil de la cité.

    Nicbur,
    ancien avoyer, membre de l'état major genevois.

    Mélian du Lys,
    ancien avoyer, vice-chancelier de la république



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Meliandulys

Messages : 12
Date d'inscription : 09/01/2009
Localisation : Ici ou ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Message  Invité le Jeu 31 Déc - 10:09

Ben tiens les sympathisants du Lion de Juda n'allaient tout de même pas applaudir.

Et nous Habitants de Fribourg qui en avaons marre de subir des croisades par votre faute, on peut vous dire que nous n'approuvons pas vos comprtements de brigands dévoyés et de faux religieux réformés ?

Vous avez prouvé à tous ioci que depuis desm ois je n'ai jamais fait que dire la vérité, à part nous attirer la guerre et voler les pauvres gens, vous n'êtes utiles qu'à enrichir l'enfer Lunaire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Message  Lothem le Jeu 31 Déc - 12:14

Ils se trompent, Geneve n'a pas baissé à la tête.
Aucun croisé n'a franchit la porte de la ville.
Les cantons se sont unis derrière Genève, peut être pour la première fois depuis longtemps.
Les helvètes ont fait entendre leur désapprobation et se sont fait respecter.

En aurait-il été de même si les anciens responsables genevois avaient été la?

Il n'y a qu'un mot à crier : Victoire !
avatar
Lothem

Messages : 1243
Date d'inscription : 18/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Message  zefamousmitch le Mer 27 Jan - 22:56

Ce que je sais moi c'est que Sicut Aquila et nombre de défenseurs se trouvaient derrière les murs de Genève... J'y étais également avec mes frères fribourgeois et je peux vous assurer que sur les remparts la vision de nos "assaillants" pétrifiés devant le nombre des défenseurs de cette noble ville, était absolument délectable.

L'avoyère de Genève a fait au plus simple et a été économe du sang helvète (que nous aurions donné volontier mais non sans emporter avec nous autant de croisés que possible Very Happy) : elle a donné une promesse vide de tout engagement aux croisés pour qu'ils aient un prétexte valable pour fuir la ville sans y perdre la face.

4 armées croisées et on n'a même pas frémi... C'est tout sauf une défaite ou une reddition... D'ailleurs on a tellement eu peur qu'on s'est senti dans l'obligation de leur courir après en Provence Wink
avatar
zefamousmitch

Messages : 1178
Date d'inscription : 17/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Message  Meliandulys le Jeu 28 Jan - 0:27



    Qu'il soit lu et su,


    Devant la profonde déception ressenti en voyant Genève offrir en pâture et sans remord une partie des combattants ayant œuvré, lutté et souffert en son nom,
    Devant la volonté affichée par Genève de négocier en passant outre les représentants de la Compagnie des Reitres Suisses, remettant en cause la légitimité et désavouant ladite compagnie,

    Qu'à partir de ce jour, la Compagnie des Reitres Suisses, unie et solidaire de l'ensemble des combattants luttant sous sa bannière en Béarn, renie son attachement à la République de Genève et à ces représentants.

    Que Genève prenne bien conscience qu'en tournant le dos à une partie des soldats embourbés dans le conflit béarnais pour son honneur, sa grandeur et sa justice, c'est à l'ensemble des gens en armes, reitres, mercenaires, sicaires ou bourgeois, qu'elle a tourné le dos.

    De ce fait, la lettre de marque octroyée par Genève dans le but de mener la guerre en territoire béarnais lui est rendue, la Compagnie des Reitres Suisses redevenant à présent compagnie franche, seule à même, à présent, de négocier ses propres intérêts, de chercher une fin au conflit ou de perpétuer l'état de guerre en Béarn si ses revendications venaient à être ignorées.

    De ce fait, seul un représentant de ladite Compagnie sera à même d'être considéré comme l'interlocuteur privilégié et légitime par les hautes instances béarnaises ou tout autre voix souhaitant entamer des pourparlers.

    Je me fais là, porte parole de la compagnie dont je suis le capitaine, mais cette décision ne saurait être imputée à ma seule personne. Elle se révèle être une décision prise par l'ensemble des reitres ne se retrouvant plus dans le comportement et les choix des dignitaires genevois les ayant envoyé en Béarn.


    Fait à Pau, le 11ème jour de Janvier de l'an 1458


    Mélian du Lys,
    Capitaine de la Compagnie des Reitres Suisses.



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Meliandulys

Messages : 12
Date d'inscription : 09/01/2009
Localisation : Ici ou ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Message  Meliandulys le Jeu 28 Jan - 0:30


    De Pau,

    En ce vingt septième jour de janvier de l'An de Grâce mil quatre cent cinquante huit,
    Ce jour à marquer d'une pierre blanche,


    Ce pourquoi nous avons fait du Béarn un territoire de guerre au nom de Genève,
    Ce pourquoi nous sommes restés à guerroyer quoi que nous eûmes à subir, de la froideur des cachots, de la morsure de l'acier dans nos chairs à celle des accusations et des ragots les plus infâmes dans nos cœurs et dans nos âmes,
    Ce que nous avons continué à réclamer même après les funestes évènements nous ayant contraint à renier avec tristesse incommensurable notre appartenance à Genève.

    Le Bannissement de Yohann le défroqué, objectif initial, objectif final, notre objectif unique et immuable, vient d'être prononcé.

    A présent, la compagnie franche des Reitres Suisses peut entrevoir la fin d'un conflit qui n'a que bien trop duré.
    A présent, c'est le sentiment du devoir accompli, que nous pouvons sereinement envisager de reposer les armes et de quitter les terres de ce comté sans avoir à rougir, sans avoir l'impression de nous être fourvoyé et d'avoir bafoué notre honneur devant les pressions quelles qu'elles fussent.

    Gloire aux sicaires, aux reitres, aux bourgeois, aux mercenaires de tout bord, à tout ceux qui se seront ralliés et unis sous une même bannière et qui auront lutté corps et âmes contre vents et marées pour que justice et honneur ne soient pas de vaines notions.

    Et gloire à Déos et à ses trois prophètes.


    Mélian du Lys,
    Capitaine de la Compagnie des Reitres Suisses



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Béarnaises, Béarnais,

Et à tous ceux qui auront, liront ou se feront lire la présente,

Saludi e Patz !

Etant entendu que l'adage "Mieux vaut tard que jamais" prend tout son sens en la circonstance,

Nous, Agnès Adélaïde de Dénéré de Saint Just dicte Gnoia, Comtessa du Béarn,

Annonçons déclarer par la présente le triste Sire Yohann65, persona non grata sur l'ensemble des terres du Béarn.

Que sa présence, initiale d'un conflit qui aura marqué le Béarn et les Béarnais en sa chair, n'est ni souhaitée, ni souhaitable.

S'il venait au sus-cité, une envie malvenue de revenir fouler les chemins du Béarn ou d'errer dans les rues de nos bonnes villes, qu'il soit su qu'il serait immédiatement mis aux fers, mis en procès pour le motif de Trahison puis, une fois jugé, reconduit à l'une de nos frontières sans autre préavis que celui-ci.

Que cela fut dit ! Que cela soit su !

Faict à Pau, vingt septième jour de janvier de l'An de Grâce mil quatre cent cinquante huit.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Meliandulys

Messages : 12
Date d'inscription : 09/01/2009
Localisation : Ici ou ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Message  zefamousmitch le Jeu 28 Jan - 21:13

Et c'est ainsi que les Lions de Judas quittent les terres helvètes auxquelles ils doivent tant? Genève les a nourri au sein tant et si bien que maintenant forts et gras, ils pensent conquérir le monde... Mais que les Lions ne se fassent pas trop d'illusions : rien n'égale la perfidie des français. C'est quand ils baisseront la garde et qu'ils auront le sentiment d'avoir installé leur République que le Royaume de France les frappera bien plus durement que tout ce qu'ils ont pu connaître.

Et à nouveau la ville qui les a nourrit et qu'ils ont renié pensera leurs blessures et sera leur dernier refuge.
avatar
zefamousmitch

Messages : 1178
Date d'inscription : 17/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Message  Meliandulys le Jeu 28 Jan - 22:49


    Nous, bourgeois recensés de Genève, envoyés naguère guerroyer en Béarn au nom de Genève, aujourd'hui trahis par notre cité-mère, proclamons la République de Genève en exil et toutes les institutions afférentes.
    Nous déclarons solennellement que lorsqu’une longue suite d'abus et d'usurpations, tendant invariablement au même but, marque le dessein de soumettre des Hommes libres au despotisme absolu, il est de leur droit et de leur devoir de rejeter un tel gouvernement et de pourvoir, par de nouvelles sauvegardes, à leur sécurité future. Telle est aujourd'hui la nécessité qui force les soldats des compagnies franches de Genève en guerre au Béarn à changer leurs anciens systèmes de gouvernement et à rompre avec les actuelles autorités genevoises.
    L'histoire du gouvernement actuel de Genève est celle d'une série d'injustices et de déshonneur répétés, qui tous ont pour but direct l'établissement de la tyrannie totale de l’Eglise Aristotélicienne Romaine. Pour le prouver, soumettons les faits au monde impartial :
    Il a négocié secrètement l’ouverture des portes de la ville aux armées croisées, acte qui n’avait jamais été fait auparavant, bafouant ainsi l’honneur des morts glorieux que la cité de Dieu a connu, parmi lesquels l’ancien maire PetitCed.
    Il a perdu toute dignité en autorisant le maintien de troupes d’occupation françaises aussi longtemps que ces dernières le voudront, sans consultation des habitants de la cité.
    Il a produit des décrets iniques, visant des Genevois historiques, dans le seul but de leur interdire à jamais leur terre natale.
    Il s’est abaissé à abandonner en pleine lutte les hommes et les femmes qui se sont battus comme des lions en Béarn pour défendre les valeurs éternelles du phare de l’aristotélité, à savoir Genève.
    Il a enfin permis par faiblesse l’arrivée au sein du conseil de la cité de personnes étrangères et ouvertement liées à Rome. L’élection du comtois de Villers au poste d’avoyer en est une parfaite illustration.
    En conséquence, nous, libres bourgeois de la République Réformée de Genève en exil, assemblés en Congrès général, prenant à témoin le Juge suprême de l'univers de la droiture de nos intentions, publions et déclarons solennellement que nous sommes désormais dégagés de toute obéissance envers le mauvais gouvernement occupant notre bonne ville de Genève. Tout lien politique ou militaire entre la République Réformée de Genève en exil et ce mauvais gouvernement est et doit être entièrement dissous.
    Nous, libres bourgeois avons désormais pleine autorité de faire la guerre, de conclure la paix, de contracter des alliances, de réglementer le commerce et de faire tous autres actes ou choses au nom de la République Réformée de Genève en exil. Et pleins d'une ferme confiance dans la protection de la divine Providence, nous engageons mutuellement au soutien de cette proclamation, nos vies, nos fortunes et notre bien le plus sacré, l'honneur.
    Nous appelons également tous les vrais citoyens de Genève en âge de combattre à venir nous rejoindre en Béarn afin de nous rassembler pour préparer la reconquête de notre cité.

    Ont apposé leur seing et ce devant témoins

    Andrew_Largs, Cromwell, Leamance, Petit Frère, Barbapounette, Mariposa, Zarathoustra, Meliandulys, Nicbur, Izaac, Phonya, Tatoumi, Kartouche, Kirkwood, Nimgly, Skiid, Barkus, Oce6, Philodendron, Jacquot, Marquise_des_anges, Shirine, Harchette, Ange, Glover.
avatar
Meliandulys

Messages : 12
Date d'inscription : 09/01/2009
Localisation : Ici ou ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Message  Invité le Ven 29 Jan - 6:36

Si tu pouvais dire à Sanctus que l'on s'en fout comme de notre premier Gruyère des périgrinations des petits lionceaux.

Du moment qu'ils ne se réclament plus de la CH, ils peuvent bien aller se faire torcher ailleurs.

Genève se libère de votre odieux joug.

Si cela avait été moi, il y a bien longtemps que vous auriez tous éclairé les chaudes nuits d'été dans un gigantesque bûcher.

Au fait mes amitiés à Barbapounette, qui en sait long sur la trahison.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Message  Cleophee le Ven 29 Jan - 17:54

De façon à comprendre ce qui est cité plus haut :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cleophee

Messages : 892
Date d'inscription : 04/10/2009
Localisation : Fribourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De notre désapprobation à l'égard de la politique genevoise

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum